Nouveau succès à l’exportation pour l’avion de combat français.

La Tentara Nasional Indonesia Angkatan Udara est la force aérienne de la République d’Indonésie. Son histoire remonte à la guerre du Pacifique, en 1941. A cette époque, les Indes orientales néerlandaises ne revendiquent que deux pilotes. L’un deux disparaîtra avec son Martin B-10, abattu par les japonais. Le second, quant à lui, est le seul opérationnel lorsque l’Indonésie fonde son armée de l’air le 9 avril 1946 : l’Angkatan Udara Republik Indonesia (AURI).

Alors que les Pays-Bas reconnaissent l’indépendance du pays en 1950, l’Indonésie récupère divers appareils : C-47 Skytrain, B-25 Mitchell, P-51 Mustang, AT-6 Harvard et PBY Catalina. Très vite, l’AURI remplace ses B-25 par des B-26 Marauder et devient la plus puissante armée de l’air d’Asie du sud-est.

De multiples embargos

En 1958, suite à une rébellion séparatiste, les Etats-Unis frappent l’Indonésie d’un embargo, l’obligeant à se tourner vers l’Union soviétique. Elle fait alors l’acquisition de bombardiers Tupolev 2, de chasseurs La-11, Mig-17 puis Mig-21 en 1962.

La situation change et l’Indonésie renoue avec les Etats-Unis en 1965. A cette occasion, une partie de ses Mig-21 part aux USA en échange de Lockheed T-33 et A-4E Skyhawk.

Faute de pièces de rechange, le matériel soviétique se détériore et le pays fait l’acquisition de Northrop F-5E/F, puis finalement d’une douzaine de F-16A/B dans les années 90.

Suite aux violences qui suivent le référendum au Timor oriental en 1999, l’Indonésie fait à nouveau l’objet d’un embargo américain. Eprouvant alors de grandes difficultés à faire voler ses A-4 et F-16, le pays commande deux SU-27 et deux Su-33 à la Russie en 2003.

En fin de compte, le ministère de la défense indonésien annonce en 2015 une politique de “non alignement”, acquière 24 F-16C/D Block 25 et déclare vouloir remplacer ses F-5 par des Su-35 dont la livraison doit avoir lieu en 2020. Cependant, sous la pression américaine, le pays annule sa commande en mars 2020 et renonce définitivement au Su-35 fin 2021.

Actuellement, la flotte indonésienne compte environ :

  • 23 F-16C/D
  • 10 F-16A/B (dont 3 MLU)
  • 23 Hawk 209
  • 15 Embraer 314 Super Tucano
  • 5 Su-27SK/SKM
  • 11 Su-30MK2
  • 14 KAI T-50 Golden Eagle

De nos jours, la force aérienne indonésienne porte le nom de Tentara Nasional Indonesia Angkatan Udara (TNI-AU).

Hawk 209 en 2014 à Medan – Soewondo © Dhimas Sanjaya
F-16C de la force aérienne indonésienne en 2016 – © Lewat Lensa (Source)
L’Indonésie commande 42 Rafale

C’est finalement vers la France, que se tourne la capitale, Djakarta, avec une commande de 42 Rafale. Après l’Egypte, le Qatar, l’Inde, la Grèce, la Croatie et les Emirats arabes unis, le Rafale poursuit ses succès à l’exportation et investit maintenant l’Asie du sud-est.

Courant janvier 2021, Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation annonçait que les négociations étaient momentanément suspendues en raison de la pandémie de Covid-19. Finalement, le ministre de la Défense indonésien, Prabowo Subianto, paraphe le contrat le 7 juin 2021, dans l’attente du décret présidentiel de Joko Widodo, décisif pour abonder des lignes budgétaires. Il s’agit là d’une lettre d’intention, qui devait mener à une signature définitive en décembre 2021.

Ces 10 dernières années, la France a vendu à l’Indonésie pour 1,36 milliards d’euros d’équipements militaires : missiles sol-air Mistral et canons Caesar. A ce nouveau succès de Dassault Aviation s’ajoute la commande ferme en novembre 2021 de 2 Airbus A400M à laquelle pourraient se joindre 3 autres appareils. Les A-400M seront d’ailleurs en configuration multirôle de ravitaillement et de transport dont la compatibilité avec le Rafale est opérationnelle depuis 2018.

En fin de compte, le contrat est signé le 9 février 2022, en présence de la ministre française des Armées, Florence Parly, du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, Eric Trappier (PDG Dassault Aviation), et l’Air Vice Marshal Yusuf Jauhari, Chef de l’agence d’acquisition du ministère indonésien de la Défense.

Les 42 appareils se composent de 2 lots (6 + 36), incluant 30 monoplaces et 12 biplaces. Le budget serait d’environ 8,1 milliards de dollars. Les premières livraisons pourraient démarrer en 2025.

284 Rafale à l’export
  • France : 192 appareils neufs (dont 12 destinés à la Grèce et 12 pour la Croatie)
  • Egypte : 54 avions neufs
  • Qatar : 36 appareils neufs
  • Inde : 36 appareils neufs
  • Grèce : 12 avions neufs + 12 prélevés à l’Armée de l’Air française
  • Croatie : 12 appareils prélevés sur le parc de l’Armée de l’Air française
  • Emirats Arabes Unis : 80 appareils neufs
  • Indonésie : 42 avions neufs
Un Rafale français du 3/30  ravitaille sur un Airbus A400M allemand en 2019 au Levant. Les Rafale indonésiens pourront pleinement exploiter cette capacité.
Su-30MKK à l’atterrissage à Jakarta en 2016 © Lewat Lensa (Source)
Korea Aerospace T-50i Golden Eagle à Madiun Iswahyudi en 2017 © Heppy Mahendro

 

De nouvelles ambitions

Le département d’État américain autorise l’Indonésie à acheter jusqu’à 36 Boeing F-15EX dans le cadre d’un accord estimé à 13,9 milliards de dollars, quelques heures seulement après l’annonce de l’acquisition des Rafale. La variante indonésienne du F-15EX porterait la dénomination de F-15ID.

Aux dires du ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto, l’Indonésie envisage une augmentation majeure des dépenses de défense prévue pour les décennies à venir.

Par ailleurs, en novembre 2021, l’Indonésie avait réaffirmé son engagement à financer 20 % des coûts de développement de l’avion de chasse multirôle KF-21/IF-X. Environ 30% de sa contribution devant être payée en nature.

2 thoughts to “Des Rafale pour l’Indonésie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!