Ce 25 août 2021, l’escadron commémore son anniversaire à Mont de Marsan.

La naissance du Lorraine au sein des Forces Aériennes Françaises Libres
Pilotes et mécaniciens quittent l’Angleterre en septembre 1940 pour rejoindre l’Afrique équatoriale et le Moyen-Orient. Ils mettent alors en œuvre des Hawker Hurricane, Westland Lysander et Bristol Blenheim au sein des FAFL (Forces Aériennes Françaises Libres). Le général de Larminat crée alors au Tchad le Groupe de Bombardement n° 1 (GB n°1) qu’il place sous les ordres du commandant Astier de Villatte.
Le groupe assure bientôt l’appui des troupes du colonel Leclerc, notamment lors de la prise de Koufra en mars 1941. Il opère d’avril à juillet 1941, en Abyssinie et en Érythrée, où il effectue 130 missions de guerre.
Le 24 septembre 1941, le GB n°1 devient “Lorraine”. Il s’installe à Damas en Syrie, et se compose des deux escadrilles “Metz” et “Nancy” sous les ordres du commandant Corniglion-Molinier.
Le Groupe Lorraine évolue sur Blenheim et dispose du support technique de la Royal Air Force.
Fanion du Groupe de Bombardement Lorraine – Forces Aériennes Françaises Libres (Source)
Bristol Blenheim en Afrique du nord (Source Fana de l’aviation HS n° 10 sur les FAFL). L’appareil arbore la croix de Lorraine, symbole des FAFL dont le Général de Gaulle est à l’origine depuis 1940.
Fin 1941, il multiplie les missions au-dessus de la Libye en appui de l’Armée britannique. Le 7 avril 1943, le Groupe de Bombardement rejoint la RAF en tant que Squadron 342. Il vole sur Douglas Boston.
13 mai 1944 : les Boston du Lorraine sur Tourcoing
Le 13 mai 1944, les bombardiers du groupe Lorraine mènent un raid contre la gare de triage de Tourcoing. Il se compose de 2 formations de six Boston sous les ordres du lieutenant-colonel Gorri et du commandant Soufflet. Les conditions météorologiques ne sont pas bonnes lors de la traversée de la mer du Nord. Lorsque la gare de triage surgit de la brume, chaque appareil a dans ses soutes quatre bombes de cinq cents livres. La zone est urbanisée et compliquée à traiter sans faire de dégâts collatéraux.
A 10 h 57, la première vague descend à moins de 500 mètres. Les bombes sont larguées sur l’objectif. La deuxième vague se présente. Les bombes explosent sur le dépôt et les voies principales du trafic. Elles détruisent également un train de munitions, vingt-trois machines, trois tenders et dix-huit wagons. Il n’y a pas eu de victimes parmi le personnel qui a pu s’éloigner à temps.
Opération Smoke Screen le 6 juin 1944
Sous les ordres du commandant Michel Fourquet en décembre 1943, le Lorraine se spécialise dans le bombardement de nuit. Lors du débarquement en Normandie, le Groupe pose, à six heures du matin, le long des côtes, un écran de fumée destiné à protéger la flotte alliée des bombardements allemands. Les avions volent à une altitude de 50 pieds. L’opération Smoke Screen est une réussite totale.
Le 17 octobre 1944, les appareils atterrissent en France, à Vitry-en-Artois, où se trouve leur nouvelle base. Le Lorraine passe bientôt sous le commandement de Jacques Soufflet.
Après la rupture du front, le Groupe participe à toutes les opérations qui marquent l’avance du maréchal Montgomery : bataille des Ardennes, franchissement du Rhin, Arnhem et destruction des ponts sur le Rhin.
Au début 1945, le North American B-25 Mitchell succède au Boston. Le groupe s’installe à Gilze en Rijen en Hollande.
Il effectue sa dernière mission de guerre le 2 mai 1945. Le Lorraine totalise alors 3000 sorties et 2500 tonnes de bombes larguées. 127 de ses pilotes, navigateurs et mitrailleurs sont tombés pendant la Seconde Guerre Mondiale.
Le Bristol Blenheim IV
3296 exemplaires du Blenheim IV sortiront des usines Bristol Aeroplane Company, AV Roe & Co Ltd et Rootes Securites à partir de 1939.
2 moteurs Mercury XV équipent l’appareil et lui confèrent une vitesse de plus de 400 km/h. Son équipage se compose de 3 hommes : pilote, navigateur et bombardier / mitrailleur.
Son armement consiste en :
  • une mitrailleuse fixe de 7,7 mm sous le nez de l’appareil,
  • une tourelle dorsale d’autodéfense de même calibre,
  • jusqu’à 450 kg de bombes en soute,
  • 145 kg de bombes en externe.

Les missions principales du Blenheim consistaient en reconnaissances côtières et bombardement.

Illustration en couleurs d’un Bristol Blenheim IV
Le Bristol Blenheim entre en service en 1939. L’avion pèse tout juste 6,5 tonnes en charge. A titre de comparaison, la masse d’un Rafale varie de 9,5 à 24,5 tonnes.
Du Blenheim au Rafale

Après la guerre, le Lorraine s’installe sur la base aérienne de Cambrai. Il vole sur De Havilland Mosquito jusqu’à l’arrivée du Gloster Meteor en 1951 et déménage à Rabat au Maroc. Il se spécialise alors dans la chasse de nuit.

Le groupe devient 30e Escadre de Chasse de nuit en juillet 1953 à Tours. En février 1961, le Vautour IIN équipe le Lorraine à Reims.

Le Mirage F1 lui succède à partir de 1974. En septembre 1988, l’escadron perçoit des Mirage F1B pour devenir l’escadron de transformation des pilotes sur Mirage F1C/CR et CT. Il devient Escadron de Chasse 3/33 Lorraine en .

Mis en sommeil en , il est réactivé sous le nom 3/30 Lorraine en  sur la Base aérienne 104 Al Dhafra aux Émirats arabes unis pour voler sur Rafale et sur Mirage 2000-5 puis uniquement sur Rafale depuis .

Depuis 2016, l’Escadron de Chasse 3/30 Lorraine opère depuis la base aérienne 118 de Mont de Marsan. Il se compose de 3 escadrilles : la SAL 56 “Scarabée égyptien”, la SPA 38 “Chardon lorrain” et la SPA 162 “Tigre”.

Le 3/30 Lorraine participe activement aux opérations extérieurs. Ici, un Rafale B durant l’opération Chammal en 2014. L’appareil est alors basé à Al Dhafra, aux Emirats (BA-104) © JL Brunet – EMA / ECPAD
Pour les 80 ans du Lorraine, un Rafale spécialement décoré en l’honneur du Blenheim

Afin de célébrer cet anniversaire, l’équipe de l’ESTA 15.030 “Chalosse” réalisent un superbe travail commémoratif sur un Rafale C de l’escadron. L’appareil se pare du camouflage 2 tons des Bristol Blenheim en 1941. Cette décoration est l’œuvre de deux “choumacs”, “Steph” et “Math”, avec l’appui du personnel du 3/30 pour faire les “petites mains”. Le design est quant à lui le résultat de l’inspiration d’un des pilotes du Lorraine, “Sing”.

Le saviez vous ? Le “choumac” est le surnom donné aux mécaniciens spécialisés dans la structure des avions et hélicoptères. Chaudronnier aéronautique, il contribue à assurer la disponibilité opérationnelle des avions ou hélicoptères. Son travail consiste essentiellement à réparer les tôles “criquées”, c’est-à-dire fissurées, ou corrodées, les trous résultants d’une collision avec un volatile ou à assurer les entretiens programmés en respectant les exigences des constructeurs. Il réalise des retouches, des dépannages, les cas ne sont jamais répétitifs et les avaries ne sont jamais les mêmes. Il occupe également un rôle d’expert auprès des mécaniciens qui sont amenés à lui demander des conseils sur des machines. Par ailleurs, il doit sans cesse s’adapter aux contraintes techniques et aux contraintes physiques de l’aéronef (source).

Le Rafale C n°132 aux couleurs des 80 ans © Armée de l’Air et de l’Espace
L’intrados de l’appareil arbore une double cocarde aux couleurs de la RAF (342 Squadron) et Armée de l’Air (3/30 Lorraine)

Photo photo du Rafale décoré aux côtés du MD-311 Flamant de l’amicale alençonnaise des avions anciens © Julien Flechter
Un meeting pour célébrer les 80 ans du Lorraine

Retour en images sur le meeting organisé à l’occasion de l’évènement …

Les Rafale des Vautour Bravo © Lea Dupin
Le Rafale Solo Display avec “Schuss” aux commandes du Rafale décoré © Lea Dupin
L’intrados arbore une double cocarde aux couleurs de la Royal Air Force (Squadron 342) et de l’Armée de l’Air et de l’Espace (3/30 Lorraine) © Lea Dupin

Le côté gauche de la dérive des appareils arbore l’insigne de l’escadrille. Ici, un Rafale C de la SAL 56 “Scarabée égyptien”  @Lionel Coste
Les Vautour Bravo s’apprêtent à décoller pour effectuer leur présentation en vol © Lionel Coste
Un Rafale C en exposition statique à côté de deux Typhoon britanniques. L’occasion pour le Capitaine “Rage”, en échange sur Typhoon de revenir en terres landaises @ Lionel Coste
La Patrouille de France était également présente pour célébrer l’évènement, de même que l’équipe de parachutistes de l’Armée de l’Air et de l’Espace © Pierre Gabriele
L’extrados du Rafale peint aux couleurs des Bristol Blenheim de la seconde guerre mondiale © Pierre Gabriele

Remerciements

L’équipe de rédaction tient à adresser ses plus sincères remerciements à l’Escadron de Chasse 3/30 Lorraine. Merci tout particulièrement au Lieutenant Colonel “Guillaume” commandant l’escadron, ainsi qu’à “Chris” pour leur confiance accordée dans la rédaction de cet article.

Nous vous invitons à suivre actualité à travers son compte Facebook et son site Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!