La force aérienne grecque équipera ses Rafale du missile antinavire.

(Photo ci-dessus : Le Mirage 2000 peut emporter jusqu’à 2 missiles Exocet).

A l’occasion de la signature, le 24 mars 2022, des 6 Rafale additionnels destinés à la force aérienne grecque, MBDA confirme également un budget d’acquisition portant sur divers équipements. A ce titre, les Rafale disposeront de missiles air-air à longue portée Meteor, de missiles de croisière SCALP, ainsi que de missiles antinavires AM39 Exocet.

Super Etendard argentin en 2014 à Bahia Blanca. L’AM39 Exocet, se fait un nom lors de la guerre des Falklands / Malouines en 1982. Des Mirage F1 irakiens en feront également usage en 1987 contre le navire américain Stark © Gabriel Luque

La conception du missile remonte aux années 1970. Sa portée se situe entre 50 et 70 km (selon l’altitude de tir). Il dispose de 2 propulseurs à propergol solide (accélération et croisière). Sa trajectoire rasante (10 à 15 m) subsonique (Mach 0,95)  le rend difficilement détectable et interceptable.

Son système de guidage peut être du type “tire et oublie”, à navigation inertielle pendant la phase de croisière et à autoguidage actif en phase terminale.

L’emport du missile AM39

Sa mise en œuvre sur Rafale M remonte à 2007. La Marine Nationale l’emploie exclusivement au point ventral, “bring back capability” oblige. En conséquence, son usage à partir de porte-avions ne permet pas l’emport au point 2 de voilure, à la manière de la configuration bi-SCALP mise en œuvre par l’Armée de l’Air.

En effet, l’appontage permet de relatives configurations d’emports dissymétriques. Or, la masse de l’AM39 affiche 670 kg. Ainsi, revenir de mission après avoir tiré un seul missile obligerait vraisemblablement à devoir larguer le second avant l’appontage afin de rééquilibrer au mieux l’appareil. Si les commandes de vol électriques permettent de compenser très largement le déséquilibre provoqué par la séparation au point 2 de voilure d’un missile de cette masse, les contraintes mécaniques de l’appontage exigent une meilleure répartition.

Néanmoins, dans la mesure où les Rafale grecs n’auront pas cette contrainte, on peut imaginer l’emport du missile au point 2 de voilures. Toutefois, cette configuration ne semble pas à ce jour opérationnelle. Par ailleurs, il n’est pas certain que la force aérienne grecque débloque le budget nécessaire aux essais en vol qui valideraient cette configuration. Plus largement, on pourrait alors imaginer l’emport de 3 missiles, l’autonomie étant préservée grâce à 2 réservoirs supplémentaires de 2000 litres, et l’autodéfense avec 4 missiles air-air.

Le Rafale M02 au catapultage. L’AM39 Exocet est au point ventral. Il mesure 4,69 m de long pour 0,35 m de diamètre et une envergure de 1 m © Dassault Aviation – V. Almansa
13 juin 2021 : la Flottille 12F mène un tir de missile AM39 Exocet au large du golfe de Gascogne. Le tir simulait l’attaque d’un bâtiment de moyen tonnage, dans un environnement naval dense. Deux cibles proches l’une de l’autre était pour l’occasion mises à l’eau. L’accélérateur se déclenche 1 seconde après le largage du missile © Marine Nationale
L’Exocet AM39 Block2 Mod2 sur Rafale M

Evolution numérique du missile, le Rafale M27 effectue son tir de qualification le 20 septembre 2012. Après catapultage depuis le porte-avions Charles de Gaulle, le tir se réalise dans les conditions représentatives d’un contexte opérationnel réel. Ce tir marque la fin des expérimentations militaires. Il ouvre la voie à la capacité d’emploi du missile par les Rafale M au Standard F3. Jusque-là, la capacité anti-navire était du ressort des Super Etendard Modernisés, appelés à être retirés du service en 2016, ainsi que des avions de patrouille maritime Atlantique 2.

Par la suite, la Flottille 17F effectuera son premier tir le 21 mars 2018. La Flottille 12F en réalisera un également le 13 juin 2021.

L’AM39 Exocet Block2 Mod2 fait l’objet d’une commande de 40 kits en 2009 par la Marine Nationale.

Mise en œuvre du missile Exocet sur le Rafale M27 en septembre 2012 © MBDA
Le tir de l’Exocet s’effectue par éjection à partir du point d’emport ventral. Les données relatives à la cible transitent par le pylône d’emport avant le tir.
La Grèce emploiera le missile AM39 EXOCET sur Rafale EG/DG. Le tir du missile peut s’effectuer à distance de sécurité, sous la couverture radar de sa cible. En phase finale de trajectoire, le missile manœuvre pour éviter les défense et impacte (fusée de proximité) en libérant une charge militaire de 165 kg.
L’Exocet déjà opérationnel sur les Mirage 2000 grecs

En France, seule la Marine Nationale met en œuvre l’Exocet sur ses Rafale M. Si les Rafale “air” sont également “compatibles”, l’emploi du missile ne fait pas partie des attributions de l’Armée de l’Air et de l’Espace. En cela, son utilisation par les grecs sur la version “Air” du Rafale (EG/DG) est une première.

Par le passé, Dassault Aviation proposa d’associer l’AM39 sur le Mirage 2000 “export”. Ainsi, la Grèce commanda ses 50 premiers missiles en 1999 pour équiper ses Mirage 2000EG. Le mode air-surface du RDM (Radar Doppler Multifonctions) lui permettant l’acquisition d’un objectif à 60 Nm. La force aérienne grecque réceptionne ses AM39 entre 1998 et 2003.

Emport de 2 missiles Exocet sur le Mirage 2000 EG “219” © ?
Photo promotionnelle d’un Mirage 2000-5 avec AM39 et MICA. La force aérienne grecque exploite l’AM39 dans le cadre des missions Tactical Air Support of Maritime Operations (TASMO)
En décembre 2019, Ioannis Nikitas publie 2 photos provenant d’un HUD de Mirage 2000 grec. On y voit une frégate turque ciblée, alors que le Système de Navigation et d’Attaque du Mirage met en œuvre la conduite de tir AM39.

Mirage 2000 EG (217) en 2017 à Tanagra. L’AM39 EXOCET sur Rafale EG/DG permettra d’assurer la relève des premières versions du Mirage 2000
En plus de la France, 11 autres payes exploitent l’AM39 Exocet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!