Juillet 2008 : l’Armée de l’Air déploie pour la première fois 4 Rafale biplaces du 1/7 Provence à Luke AFB, Arizona, pour participer à un entrainement commun avec les F-16C du 56th Fighter Wing.

En préambule à l’exercice «Red Flag» qui se déroula sur la base aérienne de Nellis (Nevada) du 11 au 22 août 2008, l’escadron 1/7 «Provence» s’est rendu en échange sur la base de Luke (Arizona), auprès du 309th Fighter Squadron, escadron de chasse équipé de F-16C/D.
Le détachement français comprenait près d’une centaine d’aviateurs. Quatre Rafale biplaces participaient à cet entraînement, assisté de deux avions de transport tactique C130 des escadrons de transport 2/61 «Franche-Comté» et 3/61 «Poitou».
Cette phase initiale correspondait à un «warm up» ou préparation à «Red Flag». Elle avait pour objectif de confronter les compétences opérationnelles et tactiques de nos équipages au savoir-faire des pilotes américains et d’éprouver leurs méthodes d’entraînement dans un environnement dense, représentatif des théâtres d’opérations actuels. La présence des avions Rafale à Luke permis également d’évaluer leur niveau de performance face à différents standards F16 (block 25, 40 et 50).
L’activité aérienne planifiée fut dense, mais progressive. Les équipages débutèrent par des missions de combat basiques, puis ils réalisèrent des opérations combinées plus complexes au cours desquelles ils exploitèrent l’étendue des possibilités de leurs machine ( © Philippe Debraize).

Après Luke AFB, les Rafale s’envolèrent pour le Nevada, direction l’exercice Red Flag. Cet exercice militaire aérien impliqua plusieurs pays alliés et se déroula sur la base aérienne de Nellis, dans le désert du Nevada, aux États-Unis, et sur la base de Eielson en Alaska. Depuis 1975, des équipages de l’US Air Force et de différentes forces aériennes alliées, se livrent à cet exercice en grandeur réelle qui dure six semaines.

Cet exercice est organisé 4 à 6 fois par an par le 414e escadron d’entraînement au combat (414th Combat Training Squadron, lui-même surnommé « Red Flag ») et crée des situations très proches du combat réel. En particulier par l’utilisation de munitions réelles pour certains bombardements. Source.

Cette session de Red Flag marquait également la participation de Su-30 indiens et F-15K coréens. Source.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!