Cap au vent sur le porte avions ! Ambiance …

Après Hervé Dermoune en 2012, c’est Serge & Philippe Livoury qui embarquent. Ils nous livrent une expérience peu commune à bord du Charles de Gaulle en juin 2010.

Texte et photos © Ph. Livoury.

Le Rafale M16 après sa sortie de piste en 2008 à Lann Bihoué, ici sur le Charles de Gaulle en 2010.

Les avions de la flottille 12F sont saisinés. L’équipage est au poste de manœuvre général et les machines sont parées. Le porte avions appareille et quitte Toulon. Il sort des passes et fait route vers le théâtre d’opération. Le dispositif se met en place avant de catapulter les premiers aéronefs.

Tout est prêt, le navire a une route stable face au vent. Les aéronefs sont tour à tour catapultés à une fréquence incroyable. Sur le pont c’est un ballet d’avions et d’hommes. Puis les appareils sont récupérés, à la même cadence. Le spectacle est fabuleux, la vapeur occulte par moment le pont d’envol, le bruit est assourdissant.

Catapultage : les avions atteignent 250 km/h en 2 secondes sur à peine 80 m !

Le Rafale M20 quelques secondes avant le catapultage.

Les appareils appontent. A 250 km/h, les pilotes accrochent un des 3 brins espacés de 5 m baptisés Athéna, Aphrodite et Andromède. Par ailleurs, ces gros câbles immobilisent un avion sur 70 m. 

Rafale M sous les ordres du « chien jaune », responsable du pont d’envol.
La surface du pont d’envol du porte avions Charles de Gaulle est de 12000 m², soit près de 20 terrains de tennis.

 

2 thoughts to “Une journée sur le Charles de Gaulle

  • Thierry M

    Excellent !! Une très belle série qui donne envie !

    Répondre
    • Philippe AMIEL

      Oui, je ne dirais pas non à une petite visite sur le CdG …

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!