Découvrez le métier de mécanicien Rafale à travers la maintenance des casques de pilotes de chasse …

Casque aux couleurs de l’Escadron de Transformation Rafale 3/4 Aquitaine

Indispensables au bon fonctionnement des avions, maillons essentiels de la sécurité des pilotes, sans “mécanos”, les avions ne voleraient pas.

C’est aujourd’hui au tour du Caporal Chef “Alex” de nous parler de son travail au sein de l’ESTA 15/004 “Haute Marne. Alex a bien voulu se prêter au jeu des questions / réponses. Découvrons ensemble sa spécialité …

Quel est votre rôle à l’ESTA 15/004 ? « Je suis mécanicien aéronef de métier et spécialisé dans les équipements de vol. Mon travail consiste à vérifier, régler et équiper les pilotes sur la base aérienne de St Dizier. Par ailleurs, je suis également adjoint officier sécurité des vols. »

Qu’est-ce qu’un “ESTA” au juste ? «Un E.S.T.A., Escadron de Soutien Technique Aéronautique, est une unité de mécaniciens qui  répare et inspecte les avions qui sont repartis dans les escadrons d’une base aérienne. On en compte deux en France : à St Dizier et Mont de Marsan.

Dans un ESTA, il y a différents cœurs de métiers en tant que mécaniciens. Il y a les “vecteurs” la spécialité dont je fais partie, les “avioniques” qui gèrent toute la partie électrique de l’avion et ensuite les “armuriers” qui eux, sont là pour assembler tout ce qui est armé sur l’avion : le siège éjectable et bien entendu les bombes ou missiles. »

Le casque du Capitaine THOULE. Design selon HB Radical Design.
Pas moins de 51 pièces composent un casque !

Quel a été votre cursus ? « J’ai un BEP Maintenance des équipements industriels. Ce diplôme, m’a permis de pousser la porte de l’Armée de l’air qui m’a ensuite formé au métier de mécanicien aéronautique à l’école militaire de Rochefort sur la base aérienne 721, où j’ai ensuite été affecté sur la base aérienne 113 de Saint Dizier. »

En quoi consiste la maintenance d’un casque de pilote de chasse ? « La maintenance d’un casque est relativement simple mais elle revient tous les 3 mois. Nous procédons au bon serrage de toutes les vis et à la vérification de la bonne intégrité de tous les éléments qui constituent le casque, à savoir :

  • La visière incolore en cas de collision volatile ou tout simplement pour la protection du visage en cas d’éjection,
  • La visière fumée qui sert en cas d’éblouissement et qui fait également office de “lunettes de soleil”,
  • Vérification de la jugulaire et de l’état des écouteurs.

Par ailleurs, c’est assez rare, mais les règles sont strictes : si un casque tombe de plus de 1 m, il est entièrement changé. Comme pour les motards, le matériel est traité avec grand soin. Pour cette raison, les pilotes utilisent souvent un sac à casque pour les préserver des chocs. »

Légèreté, solidité, pouvez-vous nous donner quelques caractéristiques des casques ? Sont-ils “sur-mesure” ? « Un casque pèse environ 1.1 kg. Il y a 2 tailles : de 50 cm à 56 cm pour les petits modèles et de 57 à 60 cm pour les grands modèles. Oui, nous pouvons les personnaliser à la tête du pilote au millimètre près.

Le modèle du Casque est un LA100 de la marque GALLET, il est constitué de résine aramide, de carbone et de kevlar. Il est constitué de 51 pièces. »

(Photos ci-dessous : casque du Capitaine NATIVEL en 2018)

Le casque, un élément de survie

Ont-ils une durée de vie comme pour les motards ? « En effet, leur durée de vie est de 15 ans. »

Les pilotes peuvent-ils personnaliser leur casque ? 
« Le casque est personnalisable uniquement pour les ambassadeurs de l’Armée de l’air : Rafale Solo Display, EVAA et Patrouille de France. »

En fin de carrière, les pilotes peuvent-ils partir avec leur casque ? « Oui, c’est possible, mais uniquement pour les pilotes ayant volé comme ambassadeur de l’armée de l’air. »

Le casque du Capitaine Martinez, en 2017

En 2018, le patron de l’USAFE est venu faire un vol en place arrière d’un Rafale. C’est vous qui l’avez équipé ? « Oui effectivement j’ai équipé le grand chef de l’USAF ici en Europe l’équivalent du Général Mercier aux Etats-Unis. La séance a commencé par un salut respectif comme pour n’importe quelle autorité et ensuite, il est venu vers moi pour me serrer la main, une poignée de main bien « à l’américaine », en guise de remerciement et de confiance qu’il nous apporte pour l’équiper car il en dépend de sa survie tout de même.

On a ensuite procédé aux réglages de son casque et de son pantalon anti-g  et fini par un équipement total avec l’aide d’un armurier pour lui donner le gilet de combat.

L’équipement étant complet, nous avons ensuite procédé au briefing sur la sécurité des vols, en apportant un soin particulier à la procédure d’éjection.

Il est ensuite parti faire son vol et nous avons réintégré son matériel. »

Quelles sont les évolutions à venir ? On parle d’un viseur de casque d’Elbit (le Targo II) pour certains Rafale export. « Il est vrai qu’il y a quelque chose en projet mais nous n’en savons pas plus pour le moment. Concernant l’évolution du métier je dirais qu’il va falloir être électricien bientôt pour intervenir sur un casque tellement le système devient complexe. »

Merci “Alex” pour ces éclaircissements. « Merci à vous d’avoir souhaité faire connaître notre profession. »


L’Armée de l’Air et de l’Espace recrute

De nombreuses spécialités vous attendent, pour tous les niveaux d’études. Rejoignez la communauté !

NDLR : vous souhaitez partager avec nous votre expérience dans l’Armée de l’Air ou la Marine ? Alors n’hésitez pas à nous contacter.

(Retrouvez les informations du casque LA100 : Manuel maintenance LA100 FR et LA 100 Bulletin – FRhttp://fr.msasafety.com/)

Photos © Laurent Quérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!