Pour la nouvelle mouture du site, la rédaction d’Omnirole-Rafale.com a décidé d’attribuer sa première interview à Paul Marais-Hayer, qui photographie depuis 2009 le Rafale Solo Display. Nous allons donc lui poser quelques questions, pour faire connaissance.

Philippe AMIEL : Rapidement présentez-vous.

« Bonjour, j’ai 48 ans, je suis expert indépendant Apple depuis 1996. J’habite Puteaux dans les Hauts-de-Seine, et beaucoup de mes temps libres sont consacrés à la photographie aéronautique ».

PA : Pourquoi cette passion ?

« Mon Grand-Père, Paul Hayer, a travaillé au début du siècle dernier chez Blériot, puis Voisin, pour terminer à l’Aérospatiale, il y a comme une transmission. Ma mère quant à elle, m’a emmené, pour la première fois, un dimanche de janvier 1975 à Orly, c’était le jour de l’attentat, nous étions pris dans la fusillade, cela m’est resté gravé et je pense que finalement je me suis dit que dès qu’il y a un avion quelque part, il y a toujours de l’action ».

PA : et donc vous vous êtes lancé dans la photographie.

« J’ai fait aussi beaucoup de vidéos en parallèle, et même si j’allais à tous les Salons du Bourget et quelques meetings, un avion exceptionnel est sorti du lot et à pendant longtemps était ma préférence : Concorde. Il symbolise tellement de choses à lui tout seul, qu’on ne peut que l’admirer. La grâce, la performance, le savoir faire, l’union, le luxe et le plaisir de voyager en avion. Sans Concorde nous n’aurions pas pu faire Airbus avec sa puissance actuelle, sans Concorde nous n’aurions pas pu apprendre à travailler tous ensemble, avec pour nous la fierté de la France, et la réalité que ensemble nous sommes bien européens. Cela s’est encore vérifié, il y a quelques jours, avec l’accord entre Dassault Aviation et Airbus, pour le prochain successeur au Rafale ».

PA : Le Rafale parlons en !

« C’est grandiose, et c’est surtout la patience et l’abnégation de Dassault Aviation, derrière cet appareil il ne faut pas oublier qu’il y a des hommes et femmes qui savent sincèrement la valeur (et peu importe comment on la comptabilise) du Rafale, cela les motive et font qu’actuellement et il ne faut pas en avoir honte, nous disposons du meilleur chasseur au monde. Après, il ne faut non plus oublier, que c’est un avion d’armes et que son rôle est bien de se projeter « là-bas » pour que l’on soit « en paix ici ». C’est ses missions qu’elles soient pour l’armée de l’air, la marine, et son rôle de dissuasion ».

PA : et le Rafale Solo Display dans tout cela ?

« C’est une belle et longue histoire, avec là encore des « Grands Hommes », j’ai adoré la période du début, où nous n’étions vraiment pas beaucoup à suivre les fumigènes virevoltants de Cédric Ruet « RUT » le démonstrateur n°1 de l’armée de l’air. Il y avait une petite équipe technique qui ne comptait pas ses heures, ses kilomètres et qui faisait qu’avec un peu de « Système D » ca se passait bien , sans vouloir en oublier aucun, je pense à Bragou, les Romain « s », French et surtout Chouchou qui a eu un rôle de communiquant et de fédérateur de cette petite équipe, j’ai fait une partie des plus belles photos du Rafale avec cette équipe dans de bonnes conditions et des lieux mythiques comme à Sion (Suisse) en 2012 avec la livrée du Petit Prince de Didier Wolf « Happy Design » piloté par Mika (2e démonstrateur RSD).

Le succès étant au rendez-vous les démonstrateurs suivants , Tao, Marty et maintenant Babouc, disposent d’une logistique plus huilée, contrôlée et beaucoup de personnes se déplacent maintenant pour le Rafale Solo Display que cela soit en France où à l’étranger.

A cela il faut rajouter, l’influence des réseaux sociaux, comme source avant tout de plaisirs, de partages et de respects, le tournant est arrivé avec Marty, qui a totalement intégré ces nouvelles technologies, hélas cela apporte aussi, comme un panel de la société, quelques personnes à soucis ».

PA : Pour conclure, Babouc et la saison 2018.

« Je l’ai rencontré cette semaine, à Salon de Provence, pour la validation devant le CEMAA, il s’est posé avec le Rafale décoré pour la saison 2018, il avait la timidité de ses premières, comme tous les autres d’ailleurs avant lui, le sourire d’un homme des îles qui démontre une fois de plus que la France ce n’est pas que la métropole mais aussi tous les DOM-TOM. Il a fait sa démonstration, la météo n’était hélas plus au rendez-vous, par contre ce qui m’a fait vraiment plaisir c’est qu’au point central, « RUT » était présent. C’est ce qui montre que le RSD est bien une famille, que les « anciens » sont toujours « présents ».

PA : un souhait personnel ?

« J’ai suivi l’an dernier la Patrouille de France aux USA sur sa partie en Floride, c’était énorme, les « petits français bleu clair » ont assuré et je pense que les américains savent maintenant ce que huit Alpha-Jet peuvent faire, c’est plus doux et précis que ce qu’ils ont l’habitude de voir… Comme je l’ai mentionné plus haut, la France ce n’est pas que la métropole, je souhaiterais une tournée DOM-TOM pour tous nos concitoyens des îles qui se sentent parfois oubliés, Babouc vient de La Réunion, ça serait une formidable opportunité.

Merci en tout cas d’avoir pensé à moi pour cette première, et je vous souhaite beaucoup de vues pour votre site complet sur le Rafale ».

PA : Merci beaucoup Paul, et à bientôt sur les tarmacs … avec de nouveaux articles.

Photos © Paul Marais-Hayer

2 thoughts to “Paul Marais-Hayer nous parle du Rafale

  • Sébastien Lallemand

    Très interessante Interview !

    Répondre
  • Jean-Louis Delezenne

    Bravo pour ce superbe article si bien illustre !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!