Arthur THOMAS, peintre officiel de l’Air et de l’Espace

Bien qu’ayant pris l’avion pour la première fois à 26 ans (et alors déjà diplômé de l’ENAC !), Arthur THOMAS entretient une passion ancienne avec l’aviation. Originaire du Mans, où contrairement à l’automobile, elle ne fait pas figure de patrimoine en particulier (hormis certaines des grandes heures de frères Wright en 1908), le jeune Sarthois prend vers 23 ans la direction de Bordeaux pour des études en droit … aérien. S’ensuit l’ENAC, puis Paris où se dessine un début de carrière aéronautique.

Le premier Rafale qu’Arthur THOMAS a peint en 2015. Cette toile, réalisée pour décorer son bureau marque le franchissement d’un premier jalon de difficulté dans la carrière débutante du peintre (qui n’en a alors aucune idée). Cette toile sera présentée lors du premier jury des peintres de l’Air et contribuera à l’obtention du titre fin 2017.

Les parents d’Arthur sont formels, il dessine depuis toujours. En revanche, l’acharné du crayon n’a aucun affect avec la peinture. Pourtant, un beau jour et alors qu’il se creuse les méninges pour réaliser un cadeau à un proche, il lui vient l’idée de réaliser une toile. Le cadeau est réussi, le plaisir est là, et il ne faudra ensuite que 4 ans pour réaliser pas moins de 60 toiles !

Le choix du noir et blanc

Ce choix se veut à l’origine économique. N’ayant pas l’intention de réaliser plus d’une toile, Arthur ne souhaite pas acquérir de la peinture pour ensuite ne pas savoir quoi en faire. Du blanc, du noir, des mélanges à l’infini et le tour est joué. Aujourd’hui, le noir et blanc est devenu son identité, offrant d’innombrables avantages dont la plupart purement artistiques.

Ce Rafale sera la deuxième toile présentée au jury final des peintres de l’Air en 2017.

Travaillant dans les affaires européennes à Bruxelles depuis 2015, Arthur a poussé à un cran supplémentaire la communion de son métier (principalement les analyses de données sur l’aviation) avec sa passion pour les engins volants au travers de son art aéronautique. Les toiles aéro représentent quand même 80% de sa production (et 50% de l’ensemble est du Dassault). Cela lui vaudra l’honneur d’être nommé peintre de l’air et de l’espace le 12 septembre 2017, le jour même de ses 29 ans.

Les lignes du Rafale imposent la précision

On peut douter de tout, mais pas de la perfection des lignes du Rafale. C’est ce qui résume le mieux le choix d’Arthur THOMAS pour son style de peinture.  Certains disent que le photoréalisme n’est pas de la vraie « peinture », mais Arthur se refuse catégoriquement à réinterpréter les lignes de son avion de cœur. Le Rafale (que le peintre s’est quand même fait tatouer sur le bras) est un avion au proportion absolument parfaites.  Le tracé doit être millimétré, ou sinon c’est un affront au Rafale, c’est en tout cas la conviction du peintre (et cela fonctionne de même avec n’importe quel avion).

La toile représentant les 3 représentants actifs de la famille Dassault est une commande réalisée par Dassault Aviation. Arthur THOMAS, peintre officiel de l’Air et de l’Espace.

 

Son Rafale sur fond blanc, avec HUD en couleur, sera primé par 2 fois au salon officiel des peintres de l’Air et de l’Espace en 2019. Par simple ordre de priorité, la toile est primée et acquise par le musée de l’Air et de l’Espace du Bourget juste devant … Dassault Aviation.

 

Le 21 Août 2019, le peintre révèle sa toile aéronautique numéro 50. Il ne s’agit pas d’une commande mais d’un plaisir du peintre de marquer le coup avec son avion préféré, le plus bel oiseau du monde. La toile trône fièrement au-dessus de son bureau à Bruxelles.

 

Arthur THOMAS, peintre officiel de l’Air et de l’Espace.

Le peintre aura réalisé à ce jour 11 Rafale, ce qui en fait tout simplement l’avion qu’il a le plus peint.

Il y n’a pas fini.

Retrouvez toute l’activité de Arthur THOMAS sur www.lapeintuture.com

error: Content is protected !!