Afin d’optimiser le potentiel technique des Rafale français, des relèves sont régulièrement nécessaires entre la métropole et le théâtre d’opérations.

Depuis septembre 2014, la France est engagée auprès d’autres nations dans un combat face au groupe islamique Daech. Il n’est pas rare de voir des missions durer plusieurs heures, les appareils étant équipés de charges lourdes. Hautes températures, sable et vols très fréquents sollicitent grandement les avions. Comment faire pour optimiser et garantir leur potentiel ?

Chaque relève est préparée avec beaucoup de minutie et de rigueur afin que sa réalisation n’impacte pas l’activité opérationnelle. Plusieurs semaines de préparation sont nécessaire pour assurer la meilleure coordination de tous les acteurs impliqués.

La première étape commence en France où les aéronefs sont sélectionnés en fonction de leur potentiel en heures de vol et préparés pour leur départ en opération par l’Escadron de Soutien Technique Aéronautique (ESTA 15/030 « Chalosse » de Mont de Marsan et 15/004 « Haute Marne » de St Dizier). Pendant ce temps, les équipages désignés pour assurer le convoyage préparent le vol en lien avec l’équipage du ravitailleur C-135 FrCe dernier est indispensable pour la projection lointaine des Rafale qui nécessitera de nombreux ravitaillements en vol au cours d’un vol de plusieurs heures au-dessus de la Méditerranée.

Une fois arrivés sur la BAP (Base Aérienne Projetée) en Jordanie, les avions sont immédiatement pris en compte par les mécaniciens déployés afin de les mettre en configuration de combat le plus rapidement possible. Capables de réaliser un niveau d’entretien technique quasiment identique à celui d’un escadron de soutien technique aéronautique en métropole, les mécaniciens aux différentes spécialités assurent alors le plus rapidement possible les opérations de préparation, de dépannage, d’armement, de changements de configuration et autres opérations de maintenance aéronautique des appareils « arrivant » et « quittant ».

Les équipages pour leur part ne restent que le temps de préparer le vol retour et de partager quelques brefs moments de convivialité avec leurs camarades déployés avant de repartir pour assurer le convoyage retour des Rafale « quittant » jusqu’à leur base aérienne mère (St Dizier ou Mont de Marsan). La mission est alors terminée et bien que souvent conduite dans l’ombre elle n’en reste pas moins une mission essentielle, menée régulièrement depuis plus de trois ans et demi, afin de garantir la permanence des opérations aériennes françaises sur le théâtre.

Bilan total de l’opération Chammal depuis le 19/09/14 : 8137 sorties, 1450 frappes et 2241 objectifs neutralisés.

Source© Ministère des Armées – SGC Sandra Auguste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!